L’Eurovision : derrière les paillettes, des rivalités régionales bien visibles

Article written by Pierre Rondeau in French and English

Photo by Tony Pham on Unsplash

Eurovision: behind the fireworks, latent regional rivalries

After a long year of forced break due to the pandemic, artists and fans from all over Europe and beyond can once more enjoy their favorite competition. This 66th edition takes place in Rotterdam with 39 participating countries fighting for the crown. A few hours before the reveal, difficult to say who will be taking over from Ducan Laurence and will take us to his country for the 2022 edition.

If the Eurovision week remains this time where families and friends from all countries gather to sing, dance, and celebrate, the competition faces each year polemics based on geopolitical tensions. In addition to the many individual cases, the most recent being certainly the disqualification for this edition of Belarus because of a song deemed political and provocative, the Eurovision stage is also the theatre of deep regional rivalries. These few lines analyses some of these rivalries, in a musical competition where the mix of genres is a skillful balance.

Ukraine – Russia, from the Euromaidan to Stockholm.

The annexation of Crimea in March 2014 marks a turning point in this rivalry. After the events of late 2013 and the annexation of Crimea by Moscow, the 2014 edition is of course impacted by the events taking place in the East. Standing ovation at the end of the Ukrainian performance, booing during Russia’s…

Two years after that, the Competition is held in Stockholm, and Jamala represents Ukraine with the song “1944”. In the Russian press, the song is perceived as a provocation, since it refers to the deportation of hundreds of thousands of Tatars, a Crimean minority, in 1944. Jamala’s great-grandmother was one of the victims of this episode. After her victory, the Komsomolskaya Pravda publishes on its website an article entitled “How the European jury has stolen the Lazarev’s victory”, in which they ask for the cancellation of the results.

After threats of boycott, Russian officials finally decide to send Yulia Samoylova to represent the country in Kiev for the 2017 Eurovision. Yulia Samoylova happens to be known for having taken part in the concert organized in Crimea by the Russian regime to celebrate the annexation of the territory. A direct response, therefore, to the choice of Jamala in 2016. The Ukrainian authorities therefore decide two months before the Competition to ban her so that she can’t come to Kiev to perform.

Last episode, 2019. After winning the national selection, the singer Maruv refuses the invitation to Tel Aviv because of political pressure connected to the conflict with Russia. The country eventually withdraws. Vice-Prime minister Ukraine, Vyacheslav Kyrylenko, indeed declares : “An artist who performed in the aggressor State and plans to do so in the future cannot represent Ukraine “.

Armenia-Azerbaijan, Nagorno-Karabakh and territorial claims

For those interested in Eurovision, the vote is a great moment of doubt and surprises. If there is a case where surprises are limited, it is this one. Since the two countries have joined the Competition (2006 to Armenia, 2008 for Azerbaijan), they’ve never granted each other any point (with the exception of 2009 when Armenia gave 1 point to its neighbor). This peculiar situation is based on the rivalry around the Nagorno-Karabakh region. Beyond the voting part, the fight for Nagorno-Karabakh has also irrupted under the spotlight of the Eurovision. During the 2009 edition, the Azerbaijan officially filed a complaint to the EBU because of the Armenian “postcard”, short video introducing the artist and the country. Indeed, the monument “We are our mountains”, emblem of Nagorno-Karabakh and officially located in Azerbaijan, appeared in it. The country was granted the removal of this sequence, but the Armenian television retorted during the voting sequence. The monument was shown in the background of the presenter announcing the points awarded by the country, points that were listed on a document with a photo of the monument.

Another interesting episode took place in 2016. During the first semi-final, Armenian singer Iveta Mukuchyan wore the flag of Nagorno-Karabakh. However, the regulation clearly states that only the flags of States recognized by the international community can be waved during the Contest. The delegation was therefore sanctioned.

We can see that the rivalry around the sovereignty of Nagorno-Karabakh is the heart of a regional conflict that has repeatedly spilled over into the Eurovision. As in the case of Ukraine and Russia, it seems unlikely that in the absence of a real diplomatic agreement, we won’t see more examples of the rivalry during the Contest.

Israel-Palestine, a rivalry that goes beyond the mere regional conflict

The case of the israeli-palestinian conflict is particular. Indeed, unlike the previous cases where the two countries are members of the Contest, Israel is here the only participant. It is, therefore, through other countries that the conflict manifests itself. Latest example, Iceland in 2019. The Contest was then organized in Tel Aviv, and the EBU had underlined on several occasions the apolitical character of the Eurovision contest. However, the Icelandic group Hatari waved Palestinian banners during the Grand Final, for which it was sanctioned.

A few hours before the winner of this 2021 edition is crowned, these examples allow us to measure the extent to which the Eurovision contest is a unique object through which regional rivalries manifest in unusual ways. While Armenia has decided not to participate this year, partly because of the recent developments in Nagorno-Karabakh, and Belarus has been disqualified, let’s not forget about the great celebration this even represents.  Let’s enjoy a thrilling evening and celebrate the richness and diversity of our continent. May the best win !

L’Eurovision : derrière les paillettes, des rivalités régionales bien visibles

Qui dit mois de mai, dit… Eurovision ! Après une longue année de pause forcée due à la pandémie, artistes et fans de toute l’Europe -et même bien au-delà- retrouvent tout au long de cette semaine leur concours de la chanson favori. Pour cette 66ème édition, c’est à Rotterdam que sera sacré celui ou celle qui succèdera à Duncan Laurence, vainqueur pour les Pays-Bas il y a deux ans. 200 millions de téléspectateurs et 39 pays participants, deux chiffres qui à eux-seuls résument tout l’enjeu de cet événement qui chaque année réunit devant leurs téléviseurs les habitants des quatre coins du continent. En ce jour de finale, bien difficile de dire qui soulèvera le trophée tant convoité sur les coups de minuit et nous emmènera chez lui pour l’édition 2022. Si chacun y va de son pronostic, une chose est sûre : la soirée s’annonce animée, rythmée, et pleine de suspense !

Si la soirée de l’Eurovision demeure fondamentalement ce moment où familles et amis de tous pays chantent, dansent, célèbrent une fête comme nulle autre, le Concours n’échappe pas pour autant aux réalités d’une Europe où paix et coexistence font chaque jour face aux tensions et aux crispations. Pour qui observe depuis une certaine distance, l’Eurovision peut sembler tantôt ingénu, tantôt kitsch, bien loin des confits et autres hostilités régionales qui peuplent nos journaux télévisés. Pourtant, l’Eurovision est un objet tout à fait singulier, totem d’un vivre-ensemble européen n’échappant pas année après année à son lot de polémiques sur fond de tensions géopolitiques. Au-delà des nombreux cas individuels, le dernier en date étant certainement la disqualification pour cette édition de la Biélorussie du fait d’une chanson jugée politique et provocatrice au moment où sa population fait face à la répression du régime, la scène de l’Eurovision est aussi le théâtre de profondes rivalités régionales. Si tous avons en tête l’aspect régional du Concours à l’heure des votes, à coup d’échanges de 12 points entre voisins (je laisse à chacun le loisir de mettre des noms…), ce « revers de la médaille » est lui moins connu. Profitons de ces quelques lignes pour revenir sur quelques-unes de ces rivalités régionales, sel d’un concours musical où le mélange des genres est un savant équilibre.

Ukraine – Russie, de l’EuroMaïdan à Stockholm.

Comment ne pas immédiatement penser à la Russie lorsque l’on en vient à s’intéresser aux implications géopolitiques du Concours ? S’il est un pays par excellence qui concentre l’attention au fil des éditions, c’est bien la patrie de Sergueï Lazarev. Déjà dans les années 2000, les révolutions de couleur avaient provoqué différentes polémiques, à l’instar de la Géorgie en 2009, mais c’est bien à partir de 2014 que la rivalité Ukraine-Russie s’impose sur le devant des scènes de Copenhague (2014), Vienne (2015), Stockholm (2016), Kiev (2017).  L’annexion de la Crimée en mars 2014 marque à ce titre un tournant. Après les événements de fin 2013 et le départ du pouvoir de Ianoukovitch, les dirigeants européens s’inquiètent du déclenchement d’un conflit armé entre Ukraine et Russie. L’escalade ira donc jusqu’à l’annexion de la région par Moscou, au détriment de toutes les normes internationales. Pour l’UER, chargée de superviser la bonne tenue du Concours dans la capitale danoise, il n’est pas question d’interdire l’Eurovision à la Russie, bien que certaines fédérations nationales en fassent la demande. Le caractère apolitique du Concours est réaffirmé, se voulant un vecteur d’apaisement dans une Europe divisée. L’édition 2014 n’échappe pourtant ni de près ni de loin aux tensions à l’œuvre quelques centaines de kilomètres à l’Est. Ovation à la fin de la prestation ukrainienne (placée en ouverture de la soirée – dixit certains, en signe de soutien), nombreux sifflets durant celle de la Russie (à tel point que le comité russe réclame -et obtient- pour l’édition suivante un système anti-sifflements), sont autant de marqueurs d’une édition singulière. Néanmoins, l’histoire ne s’arrête pas ici.

Deux ans après, alors que le Concours se tient à Stockholm, le comité ukrainien sélectionne sa représentante. Il s’agit de Jamala, avec sa chanson « 1944 ».  Un choix certainement pas anodin, et qui ne manque d’ailleurs pas de faire réagir à Moscou. La couverture médiatique autour de la chanson et de la personnalité de Jamala préfigure déjà, deux mois avant le Concours, que celui-ci sera le second acte d’une rivalité tenace. Dans la presse russe, la chanson de Jamala est perçue comme une provocation, puisqu’elle fait allusion à la déportation de centaines de milliers de Tatares, minorité de Crimée, en 1944. L’arrière-grand-mère paternelle de Jamala fut l’une des victimes de cet épisode qui, sous sa plume semble faire allusion aux événements de 2014. Sa victoire suscite donc de vives réactions, le sénateur russe Frantz Klintsevitch dénonçant des jurys guidés par une logique de vote sanction envers son pays : « Ce n’est pas la chanteuse ukrainienne Jamala et sa chanson ‘1944’ qui ont remporté l’Eurovision 2016, c’est la politique qui a battu l’art ». C’est également l’angle d’attaque du tabloïd à grande diffusion Komsomolskaïa Pravda,  qui publie sur son site un article intitulé «Comment le jury européen a volé la victoire de Lazarev», dans lequel il demande l’annulation des résultats en raison du contenu politique de la chanson de Jamala. Leur requête demeure lettre morte, et l’édition 2017 est donc annoncée à Kiev.

Troisième acte de cette rivalité, l’Eurovision 2017 n’échappe pas aux tensions entre les deux pays. Après des menaces de boycott, les russes décident finalement d’envoyer Ioulia Samoylova pour représenter le pays à Kiev. Au risque de me répéter, un choix ici aussi loin d’être anodin. Ioulia Samoylova est en effet connue de part et d’autre pour avoir fait l’ouverture du grand concert organisé en 2014 en Crimée par le régime russe pour célébrer l’annexion du territoire. Une réponse directe, donc, au choix de Jamala en 2016. En réaction, les autorités ukrainiennes décident deux mois avant le Concours d’interdire pour trois ans le territoire ukrainien à la chanteuse au titre de son soutien à l’invasion russe. Bien que l’UER ait condamné cette décision et infligé une lourde amende au comité ukrainien, la Russie décide de se retirer du Concours.

Dernier épisode en date, 2019. Après avoir remporté la sélection nationale, la chanteuse Maruv refuse l’invitation en dénonçant une volonté d’instrumentalisation politique des autorités en lien avec le conflit russe. Rejointe dans ses accusations par les autres concurrents, le pays se retire du Concours. Le comité ukrainien aurait en effet demandé à la chanteuse de ne plus se produire en Russie en échange de sa participation, ceci étant corroboré par les propos du vice-Premier ministre ukrainien, Vyacheslav Kyrylenko : « Une artiste qui effectue des tournées dans l’Etat agresseur, qui prévoit de le faire dans l’avenir et qui n’y voit rien d’inacceptable ne peut pas représenter l’Ukraine ». Ainsi, cinq ans après le conflit russo-ukrainien, la rivalité s’invite de plus belle au sein de l’Eurovision. A moins d’un apaisement entre les deux voisins, l’histoire risque de ne pas s’arrêter là.

Arménie-Azerbaïdjan, Nagorny-Karabagh et revendications territoriales

Pour qui s’intéresse à l’Eurovision, le vote est au moment tout à fait particulier où les spéculations vont bon train. S’il est un cas où la spéculation n’a pas raison d’être, c’est bien celui-ci. Parfaite cohérence entre vote du jury et vote du public, constance absolue depuis près de 10 ans, voici l’exemple le plus abouti en la matière de vote profondément corrélé à un conflit géopolitique. Depuis que les deux pays ont intégré le Concours (2006 pour l’Arménie, 2008 pour l’Azerbaïdjan), ils se sont toujours mutuellement classés en dernière place et ne se sont jamais octroyé le moindre point (à l’exception de 2009 où l’Arménie accorde 1 point à son voisin). Ce vote sanction systématique se fonde sur la rivalité territoriale autour du Nagorny-Karabagh, conflit qui depuis les années 90 a connu différentes phases et s’est récemment réouvert de façon tragique. Au-delà du seul vote, la lutte pour le Haut-Karabagh s’est également illustrée sous les projecteurs de l’Eurovision. Lors de l’édition 2009, l’Azerbaïdjan dépose officiellement plainte auprès des organisateurs russes et de l’UER. En cause, la « carte postale » arménienne, courte vidéo introduisant l’artiste et le pays qui va se produire, dans laquelle figure le monument « Nous sommes nos montagnes », emblème du Haut-Karabagh, et donc officiellement situé en territoire azéri. Le pays obtient gain de cause avec le retrait de cette séquence. La télévision arménienne ne manque pas de répliquer en faisant apparaître le monument en arrière-plan de la présentatrice annonçant les points accordés par son pays. Des points répertoriés sur une feuille, feuille posée sur une plaquette… derrière laquelle on peut voir une photo en gros plan du monument.

Après la finale, c’est au tour de la délégation arménienne de protester, accusant publiquement l’Azerbaïdjan d’avoir empêché ses téléspectateurs de voter pour l’artiste arménien. Une manipulation du vote opérée en masquant, lors de la retransmission du Concours, les numéros de téléphone le permettant. Plusieurs citoyens azerbaïdjanais auraient même été interrogés par la Sûreté Nationale, soupçonnés d’avoir retrouvé via Internet les numéros de téléphone en question et d’avoir voté pour le concurrent arménien. A l’issue d’une enquête, l’UER décide d’infliger une lourde amende au comité azerbaidjanais ainsi qu’une menace d’exclusion de trois ans en cas de récidive.

                Deuxième illustration directe de la rivalité entre les deux pays, l’Eurovision 2012. Cette édition est la seule qui ne compte pas l’Arménie parmi ses participants depuis 2006. De fait, la victoire de l’Azerbaïdjan en 2011 à Düsseldorf suppose que le pays accueille le Concours l’année suivante. De crainte que la sécurité de la délégation ne puisse être assurée par les autorités arméniennes, le pays décide de se retirer. Secrétaire exécutif du gouvernement azéri, Ali Ahmedov déclare : « le refus arménien de participer à un concours si respecté [altère] encore plus l’image, déjà entachée, de l’Arménie ». Une situation qui fait en somme écho à cette édition 2021, puisque l’Arménie a décidé, sur fond de troubles politiques et de conflit armé avec l’Azerbaïdjan, de ne pas participer au Concours.

Troisième acte des tensions entre les deux pays, l’Eurovision 2016, décidément riche en enseignements géopolitiques. Lors de la première demi-finale, la chanteuse arménienne Iveta Mukuchyan brandit le drapeau du Haut-Karabagh durant le récapitulatif des chansons. Or, le règlement stipule clairement que seuls les drapeaux d’Etats reconnus par la communauté internationale peuvent être arborés durant le Concours. La délégation arménienne a donc été sanctionnée, et l’épisode a amené l’UER à durcir sa politique en la matière. Désormais, toute infraction de cette nature entraînera la disqualification du pays pour une ou plusieurs éditions.

On le voit donc, la rivalité autour de la souveraineté du Nagorny-Karabagh est le cœur d’un conflit régional qui a à plusieurs reprises débordé sur l’Eurovision. Comme dans le cas de l’Ukraine et de la Russie, il semble improbable qu’en l’absence d’une vraie avancée diplomatique sur la question, nous n’assistions pas à de nouveaux développements sur les prochaines scènes où se déroulera le Concours.

Israël-Palestine, une rivalité qui dépasse le seul conflit régional

Le cas du conflit israélo-palestinien est particulier. En effet, à la différence des cas précédents où les deux pays sont membres du Concours, Israël est ici le seul participant. C’est donc par l’intermédiaire d’autres pays que s’est manifesté le conflit. Dernier exemple en date, l’Islande en 2019. Le Concours est d’ailleurs organisé à Tel Aviv, ce qui suscite des craintes en amont au sein de l’organisation. L’UER réaffirme donc à plusieurs reprises le caractère apolitique de l’Eurovision et son intransigeance en cas de débordement. C’est finalement le groupe islandais Hatari qui crée la polémique en brandissant des banderoles aux couleurs du drapeau palestinien. Le comité islandais est sanctionné, mais ces quelques secondes font le tour du monde.

A quelques heures de la finale de cette édition 2021, ces quelques exemples nous permettent de mesurer à quel point le Concours de l’Eurovision n’est pas une enclave déconnectée de la réalité mais bien un objet tout à fait singulier à travers lequel les rivalités régionales s’illustrent sous des formes tout à fait particulières. Alors que l’Arménie a décidé de ne pas participer sur fond de conflit au Nagorny-Karabagh et que la Biélorussie a été disqualifiée, ne perdons pas pour autant de vue la grande fête que représente cet événement sans commune mesure. Alors, profitons pleinement d’une soirée qui s’annonce palpitante, entourés d’amis de tous horizons, et célébrons en chanson la richesse et la diversité de notre continent. Que le meilleur gagne !

Published by LA REGIONISTO

La Regionisto focuses on regional economic, political or cultural issues. Its aim is to enable everyone to deepen their curiosity for various regions of Europe and beyond, in a classic or fun way. We welcome articles written in any language and from any approach!

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: